• 1.png
  • 2.png
  • 4.jpg
  • di.jpg
  • exp.jpg
  • p.jpg
  • P0.jpg
  • t.jpg
  • t.png

« Dieu qui as enseigné aux ministres de ton Eglise à servir et non à se faire servir... »

Tel est le début de la prière que nous avons dite à l’ouverture de cette célébration.

A travers elle, nous voici déjà bien situés sur l’orientation spirituelle profonde qui désormais doit marquer la vie et la mission de nos jeunes ordinands.

Certes, quand on parle de diacres, on ne peut pas ne pas évoquer cette fameuse « institution des sept » présentée dans la première lecture de cette célébration. La tradition effectivement, y a vu très tôt l’origine des diacres – et St Irénée de Lyon serait l’auteur de cette assimilation des « sept » aux diacres – même si, dans la suite du texte, on ne les a pas signalés, de manière explicite, en train d’exercer ce ministère pour lequel ils ont été choisis et appelés : le ministère des tables.

Et d’ailleurs, le livre des Actes nous présente deux grandes figures parmi eux, Etienne et Philippe, dont le trait caractéristique a été l’annonce audacieuse et risquée de la Parole.

Mais ce qui importe pour nous est de bien saisir l’exigence spirituelle qu’implique ce ministère, comme, d’ailleurs, tous les ministères dans l’Eglise.

2. La première référence à reconnaître, à souligner et à rappeler, est celle du Christ. Dans le passage d’évangile que nous avons entendu, Jésus se présente ainsi :

« Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude. » (Mt 20, 28)

Le contexte de cette affirmation est émouvant : il y a d’abord la troisième annonce de la passion ; il y a ensuite, de manière paradoxale, surprenante et osée, la requête des deux fils de Zébédée, Jacques et Jean qui est une demande de promotion. Et cette demande ne pouvait ne pas provoquer l’indignation des autres disciples qui, d’ailleurs, avaient eu, eux aussi, une discussion pour savoir « lequel d’entre eux pouvait être tenu pour le plus grand » (Lc 22,24)

La réponse de Jésus se situe aux antipodes de la préoccupation de ses disciples et représente un bouleversement profond des mentalités de l’époque comme d’aujourd’hui. Il faut avouer que dans toute société, de manière générale, cette préoccupation demeure toujours latente, et – il faut le reconnaître humblement – même aussi dans l’Eglise : « qui est le plus grand ? »

C’est une préoccupation qui est à l’origine de tant de luttes intestines, de tant de campagnes d’exaltation de soi et de dénigrement des autres, de tant de malveillances...

L’attitude que Jésus propose à ses disciples est fondamentalement celle de l’humilité ; et c’est ainsi qu’il se présente, dans la réalité de son existence parmi ses disciples : un serviteur humble prêt à laver les pieds de ses disciples et à donner sa vie.

L’humilité, en fait, est une caractéristique de l’amour qui constitue son identité profonde. Car si, comme nous le dit St Jean dans sa 1ère lettre, « Dieu est Amour », le Fils, qui est « l’effigie de sa substance » (He 1,3) c’est-à-dire « l’expression parfaite de son être », ne peut être qu’Amour. C’est d’ailleurs pourquoi, en donnant le commandement de l’amour, il se présente lui-même comme la référence par excellence de l’Amour :

« Vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn 15,12)

Or l’amour, justement, nous dit l’apôtre Paul, comporte les traits suivants :

-         L’amour rend service,

-         L’amour n’est pas envieux,

-         L’amour ne fanfaronne pas,

-         L’amour ne se gonfle pas d’orgueil,

-         L’amour ne cherche pas son intérêt.

Voilà donc comment se manifeste Jésus : le serviteur par excellence, qui « s’est dépouillé prenant la condition d’esclave (...) qui s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort sur une croix » (Ph 2,7-8)

3. Ainsi, en donnant sa vie, Jésus « a manifesté en lui-même la figure parfaite et définitive du sacerdoce de la nouvelle alliance » (Pastores Dabo vobis 13)

Et, par ce sacrifice, unique et définitif, il a conféré à tous ses disciples ‘la dignité du sacerdoce royal » (Préface), la dignité et la mission de prêtres de la nouvelle et éternelle Alliance.

Ainsi l’Eglise, Peuple de Dieu, Peuple de prêtres, de prophètes et de Rois, a la lourde responsabilité d’accomplir cette triple mission : mission prophétique, mission sacerdotale, mission royale.

En évoquant le mystère de l’Eglise, la Constitution dogmatique sur l’Eglise nous présente celle-ci comme « sacrement, c’est-à-dire signe et instrument de l’union avec Dieu et de l’unité du genre humain » (LG ch 1)

Ainsi, en tant que signe et instrument, l’Eglise est donc servante. Et, à l’exemple de son Maître, de son Pasteur, de sa Tête, elle ne revendique aucun pouvoir, aucune suprématie. Elle reste, à travers tous ses membres, une humble servante, prête à s’abaisser, à laver les pieds, d’où son « option préférentielle pour les pauvres » pour le rebut de la société. Voilà l’esprit de sa diaconie, que doivent revêtir tous ses membres.

4. Et maintenant, au service de cette Eglise servante, de ce sacerdoce universel de la nouvelle alliance, Jésus a appelé à lui plusieurs de ses disciples, avec l’autorité d’une mission spécifique : celle de « prolonger sa présence, lui qui est l’unique et souverain Pasteur, en retrouvant son style de vie, et en se rendant en quelque sorte transparents à Lui, au milieu du troupeau qui leur est confié » (Pastores Dabo vobis 15)

Force est donc de souligner que les ministères ordonnés sont au service du peuple de Dieu. Par l’onction du sacrement de l’ordre, le St Esprit les configure à un titre nouveau à Jésus-Christ Tête et Pasteur, pour en faire des serviteurs qualifiés, serviteurs à sa manière, humble et prêts à donner leur vie.

C’est d’ailleurs la signification profonde du rite de la prostration. En effet, le fait s’allonger complètement à terre rappelle, de manière bien expressive, que l’ordination n’est pas une promotion, encore moins une exaltation de soi ; bien au contraire, elle est un moment où la personne abandonne sa volonté pour suivre le Christ et s’enfouir avec Lui dans le service des autres, descendre au plus bas, se tenir à terre comme l’esclave.

5. Il est vrai qu’il y a des distinctions entre les trois degrés du sacrement de l’ordre. Et le « motu proprio » du Pape Benoît XVI, en 2009, « Omnium in mentem » a provoqué une modification des canons 1008 et 1009, ce dernier portant la détermination suivante :

« Ceux qui sont constitués dans l’ordre de l’épiscopat et du presbytérat reçoivent la mission et la faculté d’agir en la personne du Christ-Chef. Les diacres en revanche deviennent habilités à servir le peuple de Dieu dans la diaconie de la Liturgie, de la Parole et de la charité. »

Ce qui est sûr, c’est que dans la liturgie de l’ordination diaconale, les mots « serviteur » et « service » reviennent une quinzaine de fois. Ce fait doit donc attirer notre attention sur cet esprit de service qui doit le caractériser, à la suite de son maître.

Mais, au-delà de ces distinctions, vous avez, chers amis – et, à travers vous, je m’adresse à nous tous qui avons été ordonnés – à vous rappeler qu’être sacrement de la présence du Christ, Tête et Pasteur, c’est être conscient de la manière dont le Christ a exercé son autorité : « cette autorité coïncide avec son service, avec le don total de lui-même humble et plein d’amour à l’Eglise » (Pastores Dabo vobis 21)

Aujourd’hui diacres, demain prêtres, ne cessons jamais de méditer sur ce passage d’évangile qui a été proclamé, ainsi que sur l’hymne de la lettre aux Philippiens. Car c’est une aventure d’amour, de service, de « kénose ». Malheureux sommes-nous, si nous exerçons ce ministère dans des dispositions contraires.

Amen.

Calendrier

Avril 2018
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6

ACTUALITES

Homélie Ordinations 2018

« Dieu qui as enseigné aux ministres de ton Eglise à servir et non à se faire servir... » Tel est le début de la prière que nous avons dite à l’ouverture de...

Chosen and Consecrated for Service in th…

may be hard to tell the similarity between the weather under which the Apostles chose and consecrated the first deacons and that of April 7, 2018 diaconate ordination at the...

Choisi et consacré pour le service dans …

Il peut être difficile de trouver la similitude entre le climat dans lequel les Apôtres ont choisi et consacré les premiers diacres et celui du sept d’avril 2018 ordination diaconale...

CONTACTEZ-NOUS

Tel : (225) 22 50 37 00
Fax : (225) 22 50 37 70
Mobile : (225)09 22 88 84
Email : secretariat.itcj@yahoo.fr 

Adresse postal : 27 BP 884 Abidjan 27 Côte d'Ivoire
Site webhttp://www.itcj-abidjan.org

PLAN DU SITE

FTJAM/ITCJ

BIBLIOTHEQUE

COMMUNAUTE JESUITE

 

Compteur de visite

Aujourd'hui 50

Hier 48

Semaine 50

Mois 1206

Total 39512

Réalisé par Bersys